La livraison est GRATUITE sur tous nos bijoux en boutique

Le Seidr et les Chamans Vikings

Le Seidr et les Chamans Vikings

Dans la mythologie nordique et la culture scandinave médiévale, le seidr était une forme de magie et de divination. Il permettait à la fois de jeter des sorts et de prédire l’avenir.

Le terme seidr provient du mot d’origine norroise Seiðr qui désigne un type de magie fréquemment mentionné dans la littérature nordique.

Nous connaissons peu de choses sur l’usage du seidr et sur sa pratique. Néanmoins, la poésie et les sagas nordiques nous renseignent suffisamment et nous donnent une idée de la nature de cette pratique.

Découvre avec nous l'origine et les mystères du seidr.

Seidr, la magie nordique

Seidr

En substance, le seidr était un type de magie qui avait pour principale fonction d’influer sur le destin, mais également d’interpréter le destin afin de comprendre la volonté des dieux nordiques.

Les völva, les prophétesses qui pratiquaient le seidr, étaient consultées afin de fournir une interprétation des événements du quotidien.

Les villageois pouvaient aller lui rendre visite afin de déchiffrer les présages. Celui ou celle qui pratiquait le seidr était également consulté avant de prendre une décision importante comme un mariage ou entamer un voyage. La völva consultait alors les runes et fournissait une interprétation de la volonté des dieux. Elles pouvaient alors encourager une personne ou la mettre en garde.

Les humains n’étaient pas les seuls à avoir recours à la magie scandinave. Selon les mythes nordiques, de nombreux dieux étaient de puissants seidr. Le premier parmi tous était sans conteste Odin. Pour cette raison, Odin était également le dieu de la magie.

La déesse Freya était également une puissante magicienne. C'est elle qui enseigna la magie à Odin.

Les pouvoirs du seidr n’attiraient pas que le respect. En raison de ses pouvoirs, le magicien était souvent traité avec méfiance. Il vivait bien souvent en marge de la société. Il jouissait tout d'un fois d'un grand respect.

Comment pratiquait-on le seidr?

Les récits mythologiques scandinaves nous renseignent sur l’utilisation du seidr. Nous savons qu’il était pratiqué aussi bien par les humains que par les dieux.

Selon la mythologie scandinave, la déesse Freya était une grande praticienne de la magie nordique. C’est elle qui enseigna cet art aux Ases. Seul Odin avait des compétences semblables en matière de magie et de divination.

La magie étant une forme de connaissance et Odin était tout particulièrement versée dans cette activité. Odin étant le dieu de la connaissance, il portait une attention toute particulière aux rituels magiques et à la divination qui lui procuraient un savoir sans limites. Son amour pour la connaissance était si fort qu’il donna un œil pour acquérir la sagesse.

Pour acquérir de la connaissance, il n’hésitait pas à parcourir le monde vêtu comme un vieux sorcier. C’est pour cette raison qu’il était également connu sous le nom de Odin le Vagabond, car il vagabondait à travers le monde en quête de savoir.

Comme nous l’avions souligné plus tôt, les dieux n’étaient pas les seuls à pratiquer la magie viking.

Le seidr consistait en une manipulation de la matière et des esprits afin d’influer sur le destin.

Les pouvoirs du seidr se manifestaient notamment par une capacité à créer des philtres d’amour ou bien des charmes protecteurs. Le seidr n’était pas uniquement utilisé pour faire le bien. Le pouvoir du seidr procurait à son utilisateur tout un arsenal de mauvais sorts et de malédictions à sa disposition.

Selon les histoires scandinaves que l’on retrouve dans les sagas et les récits mythologiques, les pratiquants du seidr intervenaient pour changer le destin et modifier le cours des événements grâce à leur puissante magie.

Le Galdr, les incantations magiques du seidr

Galdr

Les pratiquants du seidr avaient recours à des Galdr. Le nom Galdr est le terme qui était généralement utilisé pour désigner les incantations et les sortilèges magiques.

Certaines de ces incantations nous sont parvenues grâce aux poèmes de Hávamál. Dans ce recueil de textes Odin révèle des sortilèges magiques à utiliser dans différentes situations.

L’une de ces incantations permettaient de protéger les guerriers pendant la bataille :

Si par hasard je conduis

Mes vieux camarades à la guerre,

Je chante sous les boucliers, et ils s'avancent avec force

Sains et saufs dans la bataille,

Sains et saufs au sortir de la bataille,

Et reviennent sains et saufs de la lutte.

Le bâton magique

Lors des rituels, les pratiquants du seidr avaient également recours à un bâton magique que l’on appelait le seidrstafr ou bâton de seidr.

Le bâton devait très probablement servir lors de rituels magiques notamment pour tracer des symboles magiques sur le sol. Encore aujourd’hui de nombreux symboles scandinaves nous sont parvenus. Parmi ces symboles vikings magiques on retrouve le Vegvisir et l’Aegishjalmur, deux puissants symboles nordiques.

Prédire le futur grâce au seidr

La divination ou la capacité de prédire le futur était l’une des utilisations les plus fréquentes de la magique nordique. L’une des histoires de seidr les plus connues est le récit entourant la rencontre entre Odin et une völva vivant dans le royaume des morts.

La prophétesse usa des pouvoirs du seidr afin de prédire et de décrire à Odin les événements futurs qui allaient survenir lors de Ragnarök.

En cela, la divination scandinave ressemble beaucoup à d’autres types de divination pratiqués dans la Rome et la Grèce antique.

Lorsque l’on compare les descriptions du seidr avec des pratiques similaires, on remarque que la magie nordique présentait beaucoup de ressemblances avec la magie chamanique que l’on retrouve encore aujourd’hui parmi les peuplades isolées qui ont maintenu leur mode de vie traditionnel.

Encore aujourd’hui, en Amérique du Sud et en Afrique, des chamanes continuent à pratiquer des rituels de soins ou tentent de prédire l’avenir.

Les pratiquants du seidr étaient donc les représentants du chamanisme nordique.

Chamanisme nordique

On peut donc imaginer que comme pour ces différentes cultures, les magiciens vikings avaient recours à des herbes et des potions hallucinogènes. En effet, les substances capables d’altérer les sens ont toujours été consommées lors de rituels magiques. On leur a toujours attribué la capacité d’atteindre des plans de conscience supérieurs.

Le destin avait une importance capitale dans le seidr et les sorciers les plus puissants avaient la faculté de percevoir le destin et le changer.

Dans la tradition nordique, le destin de chaque être vivant était formé de fils tissés par trois soeurs. Ces femmes étaient les nornes. Selon la mythologie scandinave, les trois sœurs vivaient aux pieds de l’arbre Yggdrasil, près d’une source d’eau appelée Urd.

Nornes

Bien évidemment les fils du destin étaient un mystère pour le commun des mortels. Mais selon la tradition scandinave, les praticiens du seidr avaient la faculté d’agir sur les fils du destin.

C’est pour cela que le symbole du seidr était une quenouille servant à tisser le fils.

Quenouille

Qui était les pratiquants du seidr?

Comme toutes les sociétés de l’époque, les rôles sexuels de la société viking étaient clairement définis. Au regard des sources mentionnant le seidr, ceux qui pratiquaient cette forme de magie étaient en très grande majorité des femmes. Le terme pour qualifier ces femmes qui pratiquaient la magie nordique était seidkona.

L’une des figures les plus emblématiques est la völva, cette voyante qui pratiquait la magie et la divination et que les textes nordiques mentionnent fréquemment.

Un peu à l’image du devin de la série télévisée Vikings, la völva vivait en retrait des gens ordinaires. Leur réputation de magicienne et la puissance de leur pouvoir suffisaient à tenir les indiscrets à l’écart.

La série de jeux-vidéo Assassin's Creed a mis de l’avant le rôle du seidr à travers le personnage de Valka la völva.

Valka

Tout au long de l'aventure, Valka aide le héros Eivor en lui prodiguant des conseils en vue d’accomplir son destin et interprète ses visions.

Les völva vivaient de leur pouvoir. Elles pratiquaient la magie et fabriquaient des potions et préparaient des charmes contre un peu d’argent de la nourriture ou un endroit pour dormir.

En raison de leur rôle social, elle jouissait d’un immense respect.

Mais tous les seidr n’étaient pas des femmes. De nombreux hommes pratiquaient une forme semblable de magie. On les appelait les seidmenn ou seidmadr. Sorte de sorcier ambulant, il parcourait le pays et était sollicité par quiconque voulait avoir recours à leurs connaissances et leurs pouvoirs.

Les seidmadr étaient très probablement des fils de völva qui leur avait transmis leur savoir magique afin de l’exercer et d’en vivre.

Contrairement aux femmes pratiquant le seidr, les hommes qui pratiquaient la magie viking étaient très mal vus au sein de la société scandinave. Ils étaient considérés comme peu virils puisque la pratique du seidr était traditionnellement une activité féminine.

La magie et le seidr après la christianisation de la Scandinavie

À partir du Xe siècle, comme partout ailleurs en Europe où le christianisme gagnait du terrain, les pratiquants du seidr furent violement persécutés.

Leurs pratiques étaient considérées comme l’œuvre du diable. L’Église chercha par tous les moyens à mettre un terme à ces pratiques traditionnelles.

L’un des exemples les plus marquants de cette persécution a eu lieu au Xe siècle sous le règne d’Olaf Tryggvason, roi viking de Norvège. Ce dernier persécuta les magiciens et les devins avec une extrême sévérité. On raconte que ceux qui étaient surpris à pratiquer des rituels de divinations païens étaient jetés du haut des falaises.

Cette vision négative du seidr s’est poursuivie avec le temps. Encore aujourd’hui la pratique du seidr est généralement associée à de la magie noire ou de la sorcellerie.

Seidr Nordique

Néanmoins, ces dernières années, notamment avec le renouveau du mouvement wicca, de nombreuses personnes redécouvrent l'ancienne pratique du seidr.

Conclusion

En conclusion, on peut dire que le seidr était un aspect important de la spiritualité scandinave. Celles et ceux qui pratiquaient la magie et la divination jouaient un rôle important dans la société nordique médiévale.

Les praticiens du seidr étaient une sorte de pont entre le monde des humains et celui des dieux. Grâce à leurs rituels ancestraux, les seidkona et les seidmadr avaient la faculté d’entrer en contact avec les dieux afin de connaitre leur volonté et agir en conséquence.

Arbore des bijoux décorés de puissants symboles magiques

La magie nordique t'inspire? Découvre des bijoux vikings décorés de puissants symboles magiques.

En parcourant nos collections, tu découvriras des colliers, des bracelets vikings et des bagues nordiques qui te donnerons le look d'un véritable adepte du seidr.

Bijoux vikings

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.