La livraison est GRATUITE sur tous nos bijoux en boutique

Eir, la déesse nordique de la médecine et de la guérison

Eir, la déesse nordique de la médecine et de la guérison

Dans le monde rude et incertain de l’époque médiévale, la croyance en des forces protectrices était primordiale. Les Vikings pouvaient solliciter la protection de nombreuses divinités. Mais lorsque la maladie frappait, c’est la déesse nordique Eir qui était invoquée afin d’aider les malades à guérir. Qui était la déesse Eir? Quelles étaient ses origines? Pourquoi son nom est-il si peu mentionné dans la littérature mythologique? C’est à ces questions que l’article suivant tentera de répondre. Alors, sans plus attendre, découvrons ensemble qui était Eir.

Qui était la déesse Eir?

Eir était le nom d'un personnage mystérieux de la mythologie nordique. Le nom "Eir" signifiait "miséricorde" ou "aide". Elle était généralement considérée comme l'une des servantes de la déesse Frigg ainsi que comme une Valkyrie d'Odin. Elle figure dans l'Edda poétique, recueil de poèmes compilé au 13e siècle à partir de sources traditionnelles antérieures.

Dans certains récits, elle était une déesse nordique qui supervisait les accouchements. Elle est associée aux compétences médicales et à la guérison. Elle est comparable à la déesse Hygie, la déesse grecque de la santé et de l’hygiène.

Eir était également une Valkyrie. Les Valkyries étaient des déesses mineures dont le rôle consistait à recueillir l’âme des guerriers morts sur le camp de bataille. Malgré son rôle de Valkyrie, Eir avait un rôle tout à fait particulier. Alors que les autres guerrières d’Odin recueillaient les âmes des plus vaillants combattants pour les mener au Valhalla, Eir apportait du réconfort aux blessés en choisissant qui survirerait à la bataille et les aidait à guérir. Ayant le choix de la vie et de la mort, elle est parfois associée aux Nornes.

Que savons-nous d'Eir, la déesse nordique de la guérison?

Nous savons peu de choses sur la déesse Eir. Il existe très peu de mentions à son sujet. Les rares mentions présentes dans les récits légendaires fournissent des informations variées. Dans l'Edda poétique, il est attesté qu'elle est la compagne d'une géante particulièrement tendre et compatissante nommée Menglöð. Toutes deux sont invoquées ensemble pour la guérison.

Eir demeurait sur une colline sacrée, où elle se réunissait avec de nombreuses guérisseuses. Cette colline, appelée Lyfjaberg, pourrait avoir été sa résidence. Son nom signifie « colline de la guérison ».  Lyfjaberg était peut-être située quelque part dans le royaume d'Ásgard.

Dans un autre récit, la déesse Eir garde le château de Menglöð, au sommet de la montagne Lyfjaberg. Les autres jeunes filles présentes à ses côtés s'appellent Hlif, Hlifthursa, Thiodvarta, Biort, Blid, Blidr, Frid, et Orboda. La légende veut que les habitants d'autrefois offraient un sacrifice annuel à ces jeunes vierges guérisseuses afin de protéger leur village des maladies et des épidémies pour l’année à venir.

Dans la poésie scaldique, elle est représentée comme la compagne d'une autre servante, Vár, déesse des vœux de mariage et de la législation en faveur des femmes et des familles.

Plusieurs autres divinités sont parfois appelées à l'aide pour la guérison. Eir, cependant, est la guérisseuse principale dans la tradition nordique.

Avant l'apparition des institutions médicales européennes dominées par les hommes, la guérison et les soins médicaux étaient en grande partie effectuées par les femmes, comme nous avons eu l’occasion de le voir dans notre article sur la pratique de la médecine à l’époque viking.

Bien que les sagas fassent état de plusieurs guérisseurs masculins, pendant la période païenne, le rôle de médecin ou de guérisseuse était attribué aux femmes et notamment aux völvas.

En somme, on ignore beaucoup de choses sur Eir. Elle était à la fois décrite comme une valkyrie guérissant les morts et comme une déesse de la médecine et de la santé. Quoi qu’il en soit, les quelques sources disponibles permettent d’avoir un portrait de cette figure nordique qui semble avoir joui d’une certaine popularité parmi les peuples scandinaves. À une époque où la médecine était encore un mélange de superstition et de savoirs anciens, les divinités permettant d’aider à guérir les maladies devaient être fortement sollicitées.

Bijoux Vikings de Protection

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.