La livraison est GRATUITE sur tous nos bijoux en boutique

Les armes utilisées par les Vikings

Les armes utilisées par les Vikings

Quelles armes étaient utilisées par les vikings?

Les connaissances sur les armes et armures de l'ère viking reposent sur les découvertes archéologiques, les représentations picturales et, dans une certaine mesure, sur les récits des sagas nordiques et les lois nordiques enregistrées au 13e siècle. Selon la coutume, tous les hommes libres nordiques devaient posséder des armes et étaient autorisés à les porter en permanence.

Ces armes étaient le marqueur du statut social du Viking : un Viking riche possédait un ensemble complet comprenant un casque, un bouclier, une cotte de mailles et une épée.

Cependant, en raison de leur coût élevé, les épées étaient peu fréquentes sur les champs de bataille vikings. Elles étaient le privilège de quelques jarls et rois vikings qui avaient les moyens de s’en procurer.

De manière générale, un bóndi, terme qui désignait l’homme libre en norrois, se battait le plus souvent armé d’une lance et d’un bouclier, et la plupart d'entre eux portaient également un seax. Le seax était un couteau qui pouvait être utilisé en combat rapproché.

Les arcs à flèches étaient également des armes répandues et étaient utilisés au cours des batailles sur terre comme sur mer.

Les arcs étaient néanmoins considérés comme moins honorables que les armes de mêlées qui requièrent de faire face à l’ennemi dans un combat au corps à corps.

Les Vikings appréciaient tout particulièrement la hache. Son utilisation de masse était assez inhabituelle pour l’époque.

Les Huscarls, la garde d'élite du roi viking Knut le Grand (et plus tard du roi Harold II) étaient armés de haches à deux mains qui pouvaient fendre des boucliers ou des casques métalliques avec une terrifiante facilité.

La guerre et la violence des Vikings étaient souvent motivées et alimentées par leurs croyances dans la religion nordique, axées sur Thor et Odin, les dieux de la guerre et de la mort.

Les nombreux raids que les Vikings ont organisés entre les 8e et 11e siècles leur ont permis de développer une maitrise incroyable des armes de l’époque.

Voici la liste des différentes armes utilisées par les Vikings au cours de l’époque viking.

Hache de guerre viking

Hache de Guerre Viking

La hache danoise est un type ancien de hache de combat, principalement utilisé pendant la transition entre l'âge viking européen et le Moyen Âge classique.

D'autres noms pour cette arme incluent la longue hache anglaise, la hache danoise et la hache à manche.

La plupart des haches, tant dans les illustrations d'époque que dans les artefacts existants, qui entrent dans la description de la hache danoise possèdent des têtes de type L ou de type M selon la typologie des haches de Petersen. Les deux types consistent en une lame large et fine, avec des "cornes" prononcées à la fois à la pointe et au talon de la mèche.

La surface du tranchant varie, mais se situe généralement entre 20 et 30 cm.

Au cours des Xe et XIe siècles, la hache danoise a gagné en popularité au-delà des frontières de Scandinavie où l'influence viking était forte. On compte parmi ces régions des pays comme l'Angleterre, l'Irlande ou encore la Normandie.

Les récits historiques décrivent la hache danoise comme l'arme de l'élite guerrière de cette période.

Un parfait exemple de cela est les Huscarls de l'Angleterre anglo-saxonne. Au contact des Vikings, les rois saxons ont adopté la hache danoise comme arme de choix.

Si l'utilisation de la hache danoise s'est poursuivie jusqu’au 14e siècle, les haches dotées d'une pointe arrière perforante et d'une pointe en forme de lance à l'extrémité avant du manche sont devenues plus courantes, pour finalement évoluer vers la hache polaire qui se répand sur les champs de bataille au cours du 15e siècle.

Voici une vidéo qui montre la fabrication et la puissance d'une hache viking:

Épée viking

L'épée de l'âge viking ou épée carolingienne était le type d'épée répandu en Europe occidentale et septentrionale au début du Moyen Âge.

Les épées étaient très coûteuses à fabriquer et constituaient un signe de statut élevé. À l’époque viking, seule une poignée d’individus disposait des ressources nécessaires pour se faire fabriquer une épée de qualité.

Le coût élevé de cette arme en faisait un objet de prestige.

Posséder une épée était une question d'honneur. Les personnes de haut rang pouvaient posséder des épées richement décorées avec des motifs artistiques et des incrustations en argent.

De nombreux riches guerriers vikings possédaient une épée, car un raid était généralement suffisant pour s'offrir une bonne lame.

Épée viking

 

Les goðar, les jarls et parfois les hommes libres plus riches possédaient des épées beaucoup plus décorées.

Lorsqu’ils étaient mobilisés pour rejoindre l’armée, les fermiers pauvres utilisaient plutôt une hache ou une lance, mais après quelques raids. Mais s’ils étaient chanceux et qu’ils survivaient aux périlleuses expéditions, ces fermiers pouvaient espérer amasser suffisamment de butin afin de se procurer une épée.

L'épée était tellement appréciée dans la société nordique que les bonnes lames étaient prisées par les générations successives de guerriers. Certaines sépultures vikings témoignent même d'une "mise à mort" délibérée et peut-être rituelle des épées, qui consistait à plier la lame pour la rendre inutilisable.

Lors des funérailles vikings, les guerriers étant souvent enterrés avec leurs armes, la "mise à mort" des épées peut avoir eu deux fonctions. Une fonction rituelle, qui consistait à retirer l'arme d'un guerrier, et une fonction pratique, qui consistait à dissuader les pilleurs de tombes de perturber l'enterrement pour s'emparer d'une de ces armes coûteuses.

L’une des épées les plus réputées de l’époque était sans dote l’épée Ulfberth. Cette épée avait la particularité d’avoir le nom de la fabrique Ulfberth gravé sur la lame.

Ces épées étaient si réputées que de fausses épées Ulfberth sont apparues durant l’époque viking afin de profiter de la notoriété de ces lames. 

Collier épée ulfberth en agent 

Bouclier viking

Boucliers Vikings

Le bouclier était un aspect essentiel dans l’art de la guerre médiéval. Lors des affrontements, les Vikings faisaient un usage régulier des boucliers.

Le mur de boucliers viking (ou skjaldborg en vieux norrois) était une tactique assez conventionnelle utilisée par les Scandinaves lors des batailles terrestres.

Le mur de bouclier était une formation de combat en forme de phalange qui pouvait atteindre cinq rangs de profondeur.

Mur de bouclier viking

La première ligne était composée des guerriers les plus expérimentés. Placer des guerriers novices aurait fait courir le risque de voir le mur s’effondrer sous l’effet de la panique généré par une charge ennemie.

Les guerriers qui occupaient le premier rang de la phalange tenaient leur bouclier fermement et faisaient face à l’assaut ennemi.

Mais le bouclier était plus qu’un objet défensif. Une fois la charge ennemie absorbée, les Vikings pouvaient repousser la ligne adverse afin d’asséner un coup de hache. Des guerriers situés au deuxième rang pouvaient également percer les soldats ennemis situés en face en leur donnant des coups lance.

Le mur de bouclier était donc à la fois une structure défensive, mais aussi une terrible machine de guerre qui pouvait s’hérisser de lance et d’épée tout en avançant lentement vers l’ennemi qui se retrouvait désemparé face à un mur impénétrable de bois et de fer.

Bateau viking

Bateau Viking

Les bateaux vikings étaient des navires de structure unique, construits par les Vikings pendant l'ère viking.

Même s’il est d’usage de parler de bateau viking ou de drakkar, les bateaux de l’ère viking étaient nombreux et variés et étaient utilisés pour de nombreux usages.

Malgré les nombreuses variantes, les bateaux vikings étaient caractérisés par une structure mince et flexible composée de deux extrémités symétriques.

Ils étaient fabriqués grâce une technique qui consistait à superposer des planches qui étaient ensuite rivetées ensemble.

Certains navires étaient décorés d’une tête de dragon. C’est cet aspect qui a donné le mot français drakkar. Néanmoins, ce terme n’a jamais été utilisé par les Vikings pour désigner leur navire. Le terme drakkar vient du norvégien drekki et qui signifie dragon.

Les navires vikings n'étaient pas seulement utilisés pour leurs prouesses militaires, mais l’ont également été pour le commerce de longue distance, l'exploration et la colonisation. L’extraordinaire expansion viking qui s’est produite entre le 8 et 11e siècle de notre ère témoigne du rôle joué par le bateau viking.

Dans la littérature, les navires vikings sont généralement divisés en deux grandes catégories : les navires marchands et les navires de guerre. Ces catégories se chevauchent ; certains types de navires marchands, construits spécifiquement pour le transport de marchandises, pouvaient également être utilisés comme navires de guerre.

On pouvait y transporter des soldats, mais aussi du matériel et des animaux comme le montre la célèbre tapisserie de Bayeux qui illustre comment les armées du normand Guillaume le Conquérant ont traversé la Manche pour s’emparer du trône d’Angleterre.

L’un des grands avantages que procurait le bateau viking était sa faculté de naviguer en mer, près des côtes et sur les rivières.

Le knarr, un large bateau nordique utilisé pour le commerce, pouvait naviguer en haute mer et même sur l'océan.

Les navires vikings ont sillonné de la mer Baltique, ont traversé la mer du Nord pour atteindre les îles Féroé, l’Islande, le Groenland et même le Canada.

Vers le sud, les vikings se sont aventurés avec leurs bateaux le long des côtes d’Espagne, on rejoint la mer Méditerranée et ont longé les côtes d’Afrique du Nord et de l’Italie.

Ceci conclut notre article sur les armes vikings et leur utilisation sur les nombreux champs de bataille de l’époque viking.

Grâce à ces armes et à leur utilisation, les guerriers vikings sont parvenus à se forger un véritable empire en Europe du Nord.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.